fbpx

Releasing the Need for Validation & Stepping into the Freedom of Being You (Part 2)

I was supporting a woman in her process of finding clarity about a relationship that was ending, which made her feel like she was failing, that she was responsible of the way it was unfolding, as if she was the very cause of it.

Her perception of the situation was rooted into the fictitious belief that we are somehow responsible for how another person feels, reacts, thinks.

So after she tried to be the perfect, ideal partner for years and years, she struggled to forgive herself for having exposed her anger in what she considered to have been an ‘extreme’ way in one specific occasion, causing an incurably deep distance from that moment on between her and her partner, and eventually led to the decision to break up.

What she couldn’t see was that the standard of perfection she was holding for herself, the belief that she needed to perfect to be worthy of love, implied to behave in a certain, quite unauthentic way in order to satisfy others.

She had been living in this pattern of inauthenticity for most of her life, since she had constructed this belief within herself as child, and never questioned it, instead trying to live up to the expectations of the people around her, to hold them close, to gain a validation that she wasnt giving to herself.

Her partner was showing her the weight of her belief, I need other peoples validation, and I dont deserve love as I am, I should be different, better. She was also interpreting his reaction as result of her own behaviour, not envisioning the possibility that something totally different was going on. Since they weren’t communicating openly, the fog was covering the possibility for true understanding and connection.

The point wasn’t really about how to get back together her with him, but rather how to make peace with herself.

How to finally regain the freedom to simply be, to validate herself by herself, to share sincerely, to give up the impossible task of controlling how others would perceive her.

We try to behave in a way that matches what we assume to be the expectations of others about us, and in doing so we hide what is true within us, thinking that the potential disapproval of others would be the result of our own being and doing. While it’s not. The approval or disapproval of others have nothing to do with us.

It entirely depends on their own way of perceiving us.

In fact, we are so used to believe that the way others see us is about us that we don’t question this, although the way they see us has indeed very few to do with us, and very much to do with their own way of perceiving reality and their own beliefs.

Here’s one last example:

A dear friend of mine was telling me about how difficult he found it not to consider the possible reaction of others to his behaviour. He believes that when we connect to each other, we need to make the effort to appear to be serene and smiley, so that others can feel comfortable in our presence.

It was evident that he wasn’t interested in the Truth of the moment but rather in avoiding discomfort, and since he was convinced that some emotional states such as anger and sadness are uncomfortable to be witnessed, he was asking himself and others to continuously hide part of their personality, showing only the sunny one, the ‘good’ one, the acceptable one, the possibly loveable one.

This friend was trying so hard to please everyone all the time, as, in his perception, expressing a ‘negative’ emotional state in front of other people lacked kindness and generosity. Behind this stood the belief that in order to be lovable, we need to be a certain way, which doesn’t include states such as feeling fearful, fragile, etc. This was his inner story, which he lived by for as long as he could remember, feeling like there was something wrong about a whole part of himself, perhaps of humans in general, that needed to be hidden in order to be worthy of a sort of love that would otherwise prove unreachable.

We are so conditioned to believe that to love is to please, and that to be loved we need to strategically make up our lovability, therefore reinforcing our perception of being inherently unlovable.

The root of the problem lays there, not in what happens in our relationships with other individuals.

It’s in this conditional love towards ourselves, in the impossibility to accept ourselves as we are, fully, as we have been conditioned to believe that theres something wrong with some  aspects of our personality, by people that were believing the same thing about themselves.

So we try to control how others perceive us, hiding parts, holding masks, pleasing to gain validation.

The truth is that we’re truly searching for our own inner validation, that unconditional, radical self-acceptance, and the liberation from the need of trying to get love for our ‘unlovable’ self, which is a war that can never be won.

Because truth always makes its way through, and what we put out is what we get back: if we believe ourselves to be unloveable, then no matter how much we try to manipulate, to make up what we appear to be, reality will somehow reflect our own self-rejection.

This self-rejection, the belief that we should be different from what we are, is rooted in the interpretation that we made about other people behaviour towards us during childhood. We interpreted their inability to flow love and unconditional acceptance as a sign of our inner unworthiness, instead of seeing it was their own inner battle going on.

It starts with a seemingly harmless situation, such as a child crying and the parents shushing him, because they themselves reject their own ‘negative’ emotions, or are perhaps afraid to confront them; but since the child perceives them as being wiser, he’ll start to believe that the parts of himself that weren’t accepted by his parents, such as his tears, are indeed inappropriate.

From there stems the construction of a whole identity, built on the avoidance of some parts of himself.

How others react to your behaviour is completely in their own hands, and it has always been the case.

The love they were unable to radiate in a specific moment is the direct consequence of their inner state of being, of the way they perceive the world and themselves, which is the result of misconceptions they’ve integrated.

 

It has never meant that there was something wrong with you or your behaviour whatsoever.

Your behaviour was simply triggering what was unhealed within them; to behave in such a way that never triggers other people ends up would be exhausting, if not completely impossible.

It doesn’t serve anyone and it could never work: because every time we’re acting from a need of validation rather than from the expression of authentic self, we cannot possibly be met with anything else then our own self-abandonment.

So here is my invitation for you.

 

  • Can you be honest to yourself, and to notice how often you are hiding, neglecting, manipulating how you are feeling, what is true within you in the present moment, in order to match other peoples supposed or declared expectations?

 

  • Can you see how this is rooted in a quest for validation from outside instead of from yourself, often covered under the seemingly good intention of being kind to others and caring about them?

 

  • Can you be honest to yourself and admit that you are trying to make them love your company, that you are trying to receive love, altering your inner truth because you feel that otherwise you would get rejected?

 

  • Can you notice and observe that you hold the belief that being authentically and radically yourself, that expressing your true Yes and No, your feelings, your truth, is somehow not appropriate, not adequate?

The truth is that the love we seek from others cannot come from a place of self-abandonment: all that can bring is a validation of the mask we wear, which is pretty similar to that of many others since it’s constructed on the same belief that the ‘shadow’ parts of ourselves have to be avoided.

The unicity of our being resides in the rawness, the Truth behind that mask. In the ever-shifting life flowing through us in the present moment, always.

If we can find that unconditional validation within ourselves and share vulnerably, honestly, fearlessly with others from this place of radical self-love, this is the biggest gift that we can offer both ourselves and others. No matter if they like it or not.

Give them the freedom of appreciating you or not, as they please.

Love yourself, unconditionally.

The rest isn’t about you.

Releasing the Need for Validation & Stepping into the Freedom of Being You

Releasing the Need for Validation & Stepping into the Freedom of Being You

 

A major turning point in my life has been the understanding that relationships act as a mirror of our own programmed beliefs.

The shift from believing that relationships need to make us happy to the understanding that they are actually a tool to make us conscious, as they hold the potential for more self awareness, has marked the end of an illusion for me and has broadened my freedom.

We relate to each other thinking that we are perceiving the other person,

while what we are constantly reflecting is truly how we see the world, ourselves, and life itself.

We are often unaware that those things that are being reflected and that make us suffer are our own, and just as much unaware of what this things are made of ;

When we meet suffering in our relationships, we get confused trying to recognize where this suffering is stemming from, and tend to believe it’s because of what another individual is doing, saying, how he or she is behaving.

While none of that is true.

The only cause of the pain we experience is the way we interpret what is happening.

It’s all about the story we’re telling ourselves about it, which is an inner story that was present way before this other individual or situation triggered it.

It often seems to us that leaving that specific partner or removing ourselves from the situation is what needs to be done in order to come back to in a state of wellbeing.

And to some extent this can be helpful, I’m not suggesting to remain in any abusive relationship or context, but rather I am pointing at the importance of questioning what this specific situation is revealing about ourselves.

For instance, let’s take a look at this very common story:

For a moment, put yourself in the shoes of a woman from a couple in which the man tends to be very silent. He simply doesn’t enjoy talking, and would much rather watch a movie than have a meaningful conversation with you.

And when you speak, his eyes drift off to somewhere else, he starts checking on his Facebook messages, gets fidgety and gets up to do something else.

What you interpret subconsciously about his behaviour, the meaning you assign to it, is that hes not interested, he doesnt care, etc.

We do this all the time. And then react emotionally to our own interpretation, not to what is actually happening :  we don’t question our interpretation, we don’t see any distance between it and what is truly happening, we believe it to be an absolute, indisputable truth.

At this point of the story, the way you behave with your partner shifts, based on the belief that he doesnt care about you: maybe you blame him, or yourself, you play the victim, you withdraw from him, grow more and more distant and resentful, etc.

Your partner cannot perceive what is really going on within you, and he, too, interprets your behaviour, assigns a meaning to it, according to his own belief system.

This is how people that live together and may actually truly love each other end up never getting to know each other deeply, instead continuously meeting their own perception of one another.

I find this to be such an immense pity, and feel so moved to contribute to uncover the truth that lays behind this dynamic: the key for self-liberation and for the possibility to find authentic connectedness and blossoming love, liberation, understanding and growth, which relationships hold the potential for.

So how can you break this vicious cycle?

First, become aware of your own interpretation of reality, of how it constantly plays stories about what is happening, about other people, about yourself, in your mind. Those stories are not real, they are simply your own belief system.

Then, be curious of getting to know your own beliefs; use the situation that is going on, that it making you suffer, to identify them.

For instance, if one of the stories is that he doesnt care when youre talking to him, observe how often this story has played in your mind, perhaps around different people and circumstances in your life.

Recognize the familiarity, the repetitiveness of your inner stories.

Maybe try to go back to where it has started, to when you first interpreted a behaviour in that way. Recognize that you have been believing an interpretation that you have created yourself, which is not the reality, but rather your way of perceiving it, and recognize that your suffering has been the result of you believing in this interpretation, not of the situation or other individuals themselves.

Now you have a choice, because a part of your consciousness is becoming aware of an automatized interpretation to which you had previously passively and unknowingly agreed to believe in.

And now you are finally becoming the Knower of the story, instead of getting lost within it.

That implies that you can now question it. You can double-check if you can really be certain of that interpretation. But truly, do you think that you could ever be fully certain about how another being is feeling ?

You can ask though, and be open to receive that which is true for him or her. You can step into sharing the truth instead of projecting one.

This takes courage, because it implies to accept feeling vulnerable.

So when You, the Knower, the Observer, the Awareness behind and above the story, takes responsibility for it and stops to project it as an absolute truth on others, you will be able to share what is really going on within you with transparency.

It might go something like this:

I am feeling frustration and sadness because I have the desire to share with you, but my mind (or the mind; no need to personalize too much, it does just about the same thing for everyone!) tells me that you don’t care. I know that could be a projection so I ask you this, are you willing to have a chat?

In this way, you’ve shared what was passing through you without blaming the other for it, which is what happens when we say things like I am angry because you dont listen to me, you dont care. While the feeling of rejection is real, and you can share about it openly, saying you dont care is an attack as well a projection, which limits the possibility for true connection.

Then, let the other one respond the way he or she feels is right and true at that moment: they might try to reassure you, or not. The point is that you can reassure yourself, youre actually the only one that can. You are not sharing in this way to get love back, you are doing so because you want to empower yourself by letting go from the automatism of projecting stories that you believe in and that therefore make you suffer, and you want to give him or her the benefit of the doubt, because by doubting your own beliefs, you free yourself.

And this way of sharing is the bridge to build a real, genuine connection.

It’s the base on which to start constructing true authenticity, sincerity and growth within a relationship.

While removing ourselves from a painful situation without perceiving that what is making us suffer is our own perception of it provides an immediate sense of relief, it doesn’t make us grow into a state of conscious integration.

We do the same thing again and again regarding ourselves, by interpreting what happens to us, or assumed failures or successes, as good, bad, not enough, etc etc.

We carry our stories with us everywhere until we make the conscious choice to unidentify from them: if the mental programming within a story hasn't been identified and healed, it will play itself out again, in another situation, as it’s already conditioning other aspects of our current life.

 

 

....to be continued

 

Love,

Ilaria

S’émanciper du besoin de validation pour goûter à la liberté d’être Soi.Deuxième partie.

Quand on est perdu dans la certitude que les autres sont la cause de notre mal-être, des nôtres perceptions, généralement on se croit aussi nous-mêmes la possible cause du mal-être autrui, on se sent responsable pour comme les autres nous perçoivent. Et est ainsi que on a commencé il y a longtemps à s’éloigner de l’expression libre de notre spontanéité pour essayer de faire plaisir aux autres, de rencontrer leur approbation, ‘ne pas le faire souffrir ‘.

Comme si tout ca avait vraiment a faire avec notre comportement au lieu de leur façon de interpréter le monde.

Voici une autre example :

J’accompagnais une femme dans son cheminement vers la clarté à l’égard d’une relation amoureuse qui prenait fin et qui lui laissait l’impression qu’elle échouait, qu’elle était responsable de son dénouement, voire qu’elle en était la cause.

Sa perception de cette situation était profondément ancrée dans la croyance selon laquelle nous sommes responsables de comment les autres se sentent, de ce qu’ils pensent et de leur manière d’agir.

Alors après avoir essayé d’être la partenaire idéale pendant des années et des années, en vain, elle ne parvenait à se pardonner d’avoir démontré sa colère d’une manière qu’elle jugeait avoir été trop « extrême » dans une situation bien précise, ce qui avait, semblait-il, installé une distance insurmontable entre elle et son partenaire et avait éventuellement mené à leur rupture.

Ce qu’elle ne voyait pas alors, c’est que le standard de perfection qu’elle s’imposait, la croyance qu’elle devait se montrer parfaite pour être digne d’être aimée, entrainait, dans sa quête constante de satisfaire les autres, l’obligation d’agir de manière très peu authentique.

Elle avait vécu dans ce schéma de non-authenticité depuis aussi loin qu’elle se souvienne, puisqu’elle avait adopté cette croyance alors qu’elle n’était qu’une enfant et ne l’avait jamais remise en question, se forçant plutôt de plus en plus désespérément à être conforme aux attentes et désirs de son entourage pour les garder près d’elle, pour obtenir de leur part la validation quelle ne se donnait pas à elle-même.

Son partenaire était le miroir parfait de ses croyances, Jai besoin d’être aimée par les autres, je ne mérite pas damour telle que je suis, je dois être différente, mieux que maintenant. Elle interprétait ses réactions comme le résultat de sa propre manière d’être, sans envisager la possibilité que c’était quelque chose de complètement différent qui se jouait. Puisqu’ils ne communiquaient pas ouvertement et librement, un brouillard épais couvrait la possibilité d’atteindre un véritable état de compréhension et de connexion.

Ce qu’elle devait apprendre à ce moment-là n’était pas vraiment la manière de rafistoler sa relation avec lui, mais plutôt celle de faire enfin la paix avec elle-même, de retrouver la liberté d’être, simplement, de n’être validée que par elle-même, de partager sincèrement, de lâcher prise sur limpossible mission de contrôler la perception des autres.

Nous tentons trop souvent d’agir d’une manière qui nous semble conforme aux attentes des autres à notre égard, et en faisant cela nous cachons la vérité que nous recelons, en croyant que le potentiel rejet des autres serait causé par notre propre manière d’être et d’agir. C’est faux.

Le rejet et la désapprobation des autres na absolument rien à voir avec nous.

Et tout à voir avec les croyances et histoires qu’ils projettent sur nous, et ultimement sur eux-mêmes.

Nous sommes si habitués à croire que nous causons la manière dont les autres nous perçoivent que nous ne remettons pas cela en question, malgré que leur perception n’ait effectivement que très peu à voir avec ce que nous sommes, et tout à voir avec leurs propres croyances et leur manière de voir la réalité.

Voici un dernier exemple :

Un de mes amis me confiait qu’il considère qu’il faut constamment se montrer serein et souriant en présence d’autres personnes, leur permettant ainsi d’être confortables en notre présence.

Il est évident qu’il ne s’intéressait pas à la Vérité du moment, mais plutôt à éviter l’inconfort, et puisqu’il était convaincu que d’assister à certaines émotions telles que la colère et la tristesse en provoque, il exigeait des autres comme de lui-même de cacher continuellement une partie de leur personnalité, en ne montrant que la partie ensoleillée, positive, celle qui peut plus aisément être aimée et validée.

Si cet ami se forçait tant à satisfaire tout le monde, c’est parce que, selon lui, exprimer un état émotionnel dit « négatif » devant les autres tenait d’un manque de générosité et de gentillesse.  En arrière-plan trônait la croyance selon laquelle pour être aimable, il faut être d’une certaine manière, dont les états naturels de fragilité, de vulnérabilité, de crainte sont exclus. Il s’agissait là d’une histoire intérieure qu’il projetait depuis aussi loin qu’il puisse se souvenir, sentant constamment qu’il y avait quelque chose de mal à propos d’une partie complète de son être, voire de l’humanité en général, et que cette partie devait donc être cachée pour pouvoir prétendre à l’amour, autrement inaccessible.

Nous sommes si conditionnés à confondre lamour avec le fait de plaire, en croyant que pour être aimés nous devons user de stratégies pour nous rendre plus attirants, plus sympathiques, renforçant ainsi notre perception d’être intrinsèquement non-aimables à l’état naturel.

Voici donc la véritable racine du problème. Elle ne concerne que notre relation à nous-même, non pas ce qui se passe dans nos relations avec les autres.

Cette racine est l’amour conditionnel que nous nous portons, l’impossibilité que nous avons à nous accepter tels que nous sommes, dans notre entièreté, puisque nous avons été conditionnés à croire quil y a quelque chose de mal à propos dun aspect de notre personnalité, par des gens qui croyaient la même chose à propos deux-mêmes.

Alors nous tentons désespérément de contrôler la manière dont les autres nous perçoivent, cachant des parties de nous-mêmes, portant des masques, en tentant de plaire pour obtenir de la validation.

En vérité, nous recherchons notre propre validation intérieure, cet acceptation de soi profonde et radicale. Nous cherchons à nous libérer du besoin d’obtenir de l’amour pour notre Soi « non-aimable », ce qui est un combat perdu d’avance.

La vérité trouve toujours son chemin. Puisque ce en quoi nous croyons se manifeste, si nous nous considérons comme n’étant pas dignes d’être aimés, la réalité reflétera d’une manière ou d’une autre notre rejet de nous-mêmes, et ce, malgré les efforts que nous mettrons à manipuler l’image que nous présentons aux autres.

Ce rejet de soi, la croyance selon laquelle nous devrions être différents de ce que nous sommes, est ancré dans notre interprétation des agissements des autres envers nous durant l’enfance. Nous avons interprété linaptitude des autres à irradier de lacceptation et de lamour inconditionnels  comme le résultat de notre non-amabilité inhérente, plutôt que de réaliser quil sagissait là de leur propre combat intérieur.

Ce schéma commence par des situations en apparence très banales, comme des parents incitant leur enfant qui pleure à se taire, puisqu’ils rejettent eux-mêmes leurs propres émotions dites négatives, ou ont peur de les confronter. Puisque l’enfant perçoit les adultes comme étant plus sages que lui, il commencera à croire que les parties de lui qui ne sont pas acceptées par ses parents, telles que ses larmes, sont effectivement inappropriées.

C’est à partir de là que se construira une identité complète, basée sur l’évitement de certaines parties tout à fait naturelles de la personnalité, voire des gammes d’émotions complètes.

La manière dont les autres réagissent à votre manière d’être dépend complètement d’eux-mêmes, et cela a toujours été ainsi.

L’amour que d’autres étaient inaptes à irradier à un moment précis est le résultat direct de leur état intérieur, de la manière dont ils perçoivent le monde et dont ils se perçoivent eux-mêmes, et des conceptions erronées qu’ils ont intégrées.

 

 

Cela na jamais signifié quil y avait quoi que ce soit de mal à propos de vous ou de votre manière dagir.

Vous activiez simplement une blessure qui existait en eux. Agir de manière à ne jamais activer les blessures intérieures des autres serait complètement épuisant, voire complètement impossible.

Cela ne sert à personne et ne fonctionnerait jamais. Chaque fois que nous agissons en obéissant à au besoin d’être validé plutôt qu’en nous exprimant notre Soi authentique, il est résolument impossible que nous rencontrions quoi que ce soit d’autre que notre propre abandon de nous-mêmes.

Voici donc l’invitation que je vous lance.

 

  • Pouvez-vous être honnête avec vous-même, et réaliser à quelle fréquence vous cachez, négligez ou manipulez vos sentiments, votre Vérité intérieure du moment, de manière à correspondre aux attentes supposées ou exprimées des autres ?

 

  • Pouvez-vous constater quil sagit là dune quête de validation extérieure, souvent camouflée sous des intentions qui semblent nobles, comme être aimable avec les autres ou se soucier des autres ?

 

  • Pouvez-vous être honnête avec vous-même et admettre que lorsque vous tentez de rendre votre compagnie agréable aux autres, lorsque vous tentez de recevoir de lamour et de la validation, vous altérez votre Vérité intérieure parce que vous sentez que vous vous feriez rejeter si vous vous montriez tel que vous êtes ?

 

  • Pouvez-vous admettre et observer que vous avez intégré la croyance selon laquelle être authentiquement et radicalement vous-même, exprimer votre véritable Oui et votre véritable Non, vos sentiments, votre Vérité, nest pas approprié, pas adéquat ?

La vérité est que l’amour que nous recherchons de la part des autres ne peut provenir d’un état intérieur d’abandon de soi : tout ce que cela peut entraîner est une validation superficielle du masque que nous portons, et qui ressemble à celui d’une majorité de gens qui ont également adopté la croyance selon laquelle « l’ombre » que nous portons en nous doit être évitée, abandonnée.

L’unicité de notre être réside dans la vérité brute qui se cache derrière ce masque. Dans la Vie en constante transformation qui vibre en nous au moment présent, pour l’éternité.

Si nous parvenons à trouver cette validation inconditionnelle en nous et à partager vulnérablement, honnêtement, sans crainte, depuis cet état d’amour de Soi intégral et radical, ce sera le cadeau le plus précieux que nous pourrons donner, à nous-mêmes comme aux autres.

Et la manière dont les autres le recevront n’est pas de notre ressort.

Laissez-leur la liberté de vous apprécier ou pas, à leur guise.

Aimez-vous vous-même, inconditionnellement.

Le reste ne vous concerne pas.

S’émanciper du besoin de validation pour goûter à la liberté d’être Soi. Première partie

"Je ne te vois pas. Je ne vois rien d'autre que ma propre facon de te voir".
Je ne te vois pas. Je ne vois que ma facon de te voir.


Lorsque j’ai réalisé que nos relations sont comme un miroir réfléchissant les croyances qui sont programmées en nous, le bourgeon d’une transformation profonde a commencé à s’épanouir en moi.

J’ai progressivement cessé de croire que les relations ont la fonction de nous rendre heureux, en comprenant qu’elles sont avant tout une opportunité de nous rendre plus conscients de nous-mêmes. Cette prise de conscience a mis fin à une illusion qui était enracinée en moi, et m’a rendue d’autant plus libre, plus légère.

Je m’explique.

Quand nous entrons en relation avec autrui, nous avons souvent l’impression que c’est cet Autre que nous percevons, alors que nous ne voyons réellement que la projection de notre vision subjective de nous-mêmes, du monde et de la Vie. Continuellement.

ll est facile de perdre de vue que ce sont précisément ces visions que nous projetons qui causent notre souffrance, et plus facile encore d’ignorer ce dont ces visions se composent.

Par exemple, quand nous rencontrons de la souffrance dans nos relations, il est probable que nous tentions confusément de reconnaître d’où elle provient, en venant souvent à croire qu’elle a été causée par ce que l’Autre aurait dit ou fait.

Bien sûr, il s’agit là d’une illusion.


La seule et unique cause de la souffrance que nous éprouvons est notre manière d’interpréter la réalité. Notre souffrance est causée par l’histoire que nous nous racontons à propos du réel, et cette histoire intérieure que nous projetons à nouveau existait déjà en nous avant que l’individu ou la situation en question ne vienne la réactiver.
Cela est un changement à 360 degrés de comme nous sommes habitues a vivre :
Cela veut dire a chaque fois que je me sens moins que ‘bien’,
il ne s’agite pas de conditions exterieures, ni des autres, mais de ma perception.
Cela est a la fois profondement responsabilisant et liberatoire, il nous redonne le 100 pour cent du pouvoir de choix, de notre paix, alignement, joie, amour.



Il peut parfois nous sembler que la solution qui s’impose pour retrouver notre bien-être est de mettre fin à une relation ou de nous extraire d’une situation.

Et dans une certaine mesure cette solution peut s’avérer bénéfique, je ne suggère en aucun cas de demeurer dans une relation ni dans un contexte toxiques. Cependant, il peut être autrement plus constructif et épanouissant de se questionner sur ce que cette situation spécifique a à nous révéler sur nous-même.


Voici une petite histoire des plus communes qui illustre très bien ce mécanisme psychologique qui nous anime tous :

Imaginez que vous êtes une femme dont le conjoint est habituellement très silencieux. Il ne semble pas aimer communiquer avec vous, préférant toujours un bon film ou un divertissement extérieur à une discussion en votre compagnie.

Lorsque vous lui parlez, son regard dérive plus souvent qu’autrement vers son téléphone, sa montre, un journal posé sur la table, voire même vers ses souliers qui semblent soudain absolument passionnants.

Vous interprétez alors, consciemment ou pas, ce que vous percevez comme un désintérêt de sa part. Il n’est pas intéressé, je l’ennuie, je ne suis pas assez intéressante pour lui.

Nous faisons constamment cela, puis nous réagissons émotionnellement à notre interprétation de ce qui se passe, et non à ce qui se passe objectivement : nous ne remettons pas notre interprétation en question, et échouons à voir la distinction existant entre celle-ci et ce qui se passe réellement.

C’est à ce moment précis dans l’histoire que vous changeriez votre manière d’interagir avec votre partenaire, en vous basant sur la croyance qu’il n’est pas intéressé : vous commenceriez peut-être à le blâmer, ou encore à vous blâmer vous-même, à jouer la victime, à devenir de plus en plus distante et amère, etc.

Votre partenaire ne pouvant percevoir ce qui se passe réellement en vous, il commencerait alors lui aussi à interpréter votre manière d’agir, lui assignant un sens bien précis selon son propre système de croyances. Il se dirait peut-être que vous le trompez, que vous lui cachez quelque chose, ou alors que vous ne l’aimez plus.


Et c’est ainsi que deux êtres qui vivent pourtant ensemble et s’aiment profondément échoueraient à parvenir à se connaître réellement, rencontrant plutôt continuellement, sempiternellement, leur propre perception de l’autre.


Cette dynamique relationnelle me touche énormément. Je la trouve si désolante, si pernicieuse, et je me sens appelée à libérer la vérité qui s’y cache. Cette clé se cache au coeur des relations amoureuses et humaines et permet de débloquer la possibilité d’atteindre un état de communion profonde, d’amour florissant, de compréhension mutuelle et de croissance personnelle et relationnelle.


Alors, comment mettre fin à ce cercle vicieux ?


Tout d’abord, il est essentiel de prendre conscience de votre propre interprétation de la réalité, du fait que celle-ci projette constamment des histoires à propos des autres, des situations et de vous-même dans vos pensées. Ces histoires ne sont évidemment pas « vraies » objectivement, elles constituent simplement votre système de croyances personnelles.

Par la suite, soyez curieux à l’égard de vos croyances ; servez-vous de la situation qui semble vous causer de la souffrance pour les identifier.

Par exemple, si une de vos croyances mentales est qu’il ne s’intéresse pas à moi, observez si cette histoire a été projetée à d’autres reprises dans vos pensées, si elle s’est racontée plusieurs fois, peut-être également en rapport avec d’autres personnes et d’autres circonstances de votre vie.

Tentez de reconnaître la répétition, la familiarité de vos histoires intérieures.

Tentez peut-être même de revenir à la source, à la toute première fois que vous avez interprété l’attitude de quelqu’un d’autre à votre égard de cette manière.
Reconnaissez enfin que vous avez cru en une interprétation de la réalité que vous avez vous-même inventée et projetée, et qui n’est évidemment pas la réalité objective elle-même, mais plutôt votre propre manière de la percevoir, et reconnaissez que votre souffrance est causée par votre croyance en cette interprétation, et non par la situation ni les individus concernés.


Vous avez maintenant le choix, puisqu’une partie de votre psyché devient consciente d’une interprétation automatisée en laquelle vous acceptiez passivement de croire auparavant.


Vous devenez donc enfin celui ou celle qui Connaît l’histoire et l’illusion, plutôt que celui ou celle qui s’y perd.


Cela implique que vous pouvez maintenant remettre votre interprétation en question, que vous pouvez vérifier que sa fiabilité. Mais pensez-y un instant: pourriez-vous réellement être absolument certain des sentiments qu’éprouve quelqu’un d’autre, alors que vous n’assistez pas à ses pensées et n’avez pas vécu l’entièreté de son passé, de ses références, de ses histoires ?


Vous pouvez cependant lui demander, et être réceptif à sa vérité à lui ou à elle.
Vous pouvez entrer dans le partage de la vérité plutôt que dans sa projection.


Lorsque vous, le Connaisseur, l’Observateur, la Conscience derrière et au-delà de l’histoire, commencerez à être responsable vis-à-vis de celle-ci en cessant de la projeter comme une vérité absolue sur les autres, vous serez apte à partager ce qui se passe réellement en vous avec transparence.


Bien sûr cela prend du courage, puisque ça implique de se sentir vulnérable.


Cela pourrait peut-être ressembler à quelque chose dans ces lignes-ci:

Je ressens de la frustration et de la tristesse car j’éprouve le désir de partager avec toi, mais mon mental (ou simplement le mental; nul besoin de le prendre trop personnellement, il met tout le monde dans le même bateau !) me dit que tu ne t’intéresses pas à moi. Je sens bien qu’il pourrait s’agir d’une projection, donc aimerais-tu m’éclairer là-dessus ?


De cette manière, vous partagerez ce qui vous traverse sans blâmer l’autre, ce qui est le cas lorsqu’on dit des choses telles que Je suis en colère parce que tu ne m’écoutes pas, tu ne t’intéresses pas à moi. Malgré que le sentiment de rejet que vous ressentez soit bien réel, et que vous puissiez bien sûr le partager librement, dire à l’autre Tu ne t’intéresses pas à moi est une attaque ainsi qu’une projection, ce qui limite bien évidemment la possibilité d’une connexion profonde et authentique avec l’autre.

Ensuite, laissez-lui la chance de vous répondre ce qu’il ressent comme étant juste à ce moment précis, qu’il tente de vous rassurer ou non. Ce qui est important, c’est que vous pouvez vous rassurer vous-même. Vous êtes même la seule personne qui le peut réellement, durablement.

Vous ne partagez pas vos sentiments de cette manière pour recevoir de l’amour et de la validation en retour, mais plutôt pour vous émanciper en lâchant prise sur l’automatisme de projeter des histoires en lesquelles vous croyez, et qui vous font donc souffrir. En questionnant l’autre, c’est vos propres croyances que vous remettez en question, puisque c’est en doutant de nos croyances que l’on se libère.

Cette manière de partager est le pont qui permet d’atteindre la rive d’une communion réelle et profonde, la base sur laquelle commencer à bâtir authenticité, sincérité et croissance véritables au sein d’une relation.


Alors que de s’extraire d’une situation douloureuse sans percevoir que c’est bien notre propre perception de celle-ci qui nous fait souffrir procure un sentiment de soulagement immédiat, cela ne nous permet pas d’évoluer en accédant à un état d’intégration consciente.

Sans faire ce travail sur nous-même, nous continuerons à répéter sans cesse le même schéma, à interpréter sans cesse ce qui nous arrive, nos présumés succès et échecs, les jugeant bien réussi, raté, pas assez, etc. Nous transportons nos histoires intérieures avec nous partout où nous allons, jusqu’à faire le choix conscient de cesser de s’y identifier : tant que la programmation mentale entourant une histoire n’a pas été identifiée et guérie, elle continuera à se projeter encore et encore sur une autre situation, continuant à conditionner différents aspects de notre vie.
Quand on est perdu dans la certitude que les autres sont la cause de notre mal-être, des nôtres perceptions, généralement on se croit aussi nous-mêmes la possible cause du mal-être autrui, on se sent responsable pour comme les autres nous perçoivent.
Et est ainsi , pour cette illusoire raison, que on a commencé il y a longtemps à s’éloigner de l’expression de notre spontanéité pour essayer de plaire et faire plaisir aux autres, de rencontrer leur approbation, ‘ne pas les faire souffrir ‘.
Comme si tout ca avait vraiment à faire avec notre comportement, en pouvait etre la directe consequence, au lieu que de leur façon de interpréter le monde.
All rights Reserved Copyright Ilaria Rubei 2017
Made with love by Jodee Peevor.