fbpx

Transition de travail, transition de vie : donner naissance à Soi-Même.

Dédié à tous ces qui se trouvent dans un travail qui ne correspond pas à l’aspiration de leur cœur, à leur désir de contribution ou au sens qu'ils attribuent à la vie,
et sont prêts à ouvrir leurs ailes..
A tous les Lightworkers en train de donner vie au nouveau monde.

Transition de travail, transition de vie : donner naissance à Soi-Même.
Le monde vit un tournant fondamental au niveau global :
Beaucoup de gens ressentent une souffrance qui les pousse au changement, à une quête de sens, de liberté, de contribution consciente, de signifiance.
Beaucoup ont l’impression de ne pas pouvoir continuer de vivre avec les choix qu'ils ont faits par le passé, dans un temps (inévitable) d'inconscience envers eux-mêmes. Pourtant, c’est grâce à cette expérience, dans laquelle la signifiance n’avait pas encore sa place, qu’est né le désir de créer une activité alignée avec ce que nous sommes au plus profond en nous.
Le choix conscient et aligné de sa "profession demande une maturité que rarement se fait etant trés jeunes (bonne nouvelle, nous ne sont pas en retard!) et se base sur un profond questionnement des structures conditionnantes, dont on a peu questionné le sens pendant longtemps.
C’est maintenant que ces questions commencent à surgir pour les plus sensibles et courageux d’entre nous :
Ce que je fais a-t-il du sens ?
Suis-je en train de contribuer à la création du monde que je veux voir naitre par mon travail ?
Ou alors est-ce que suis-je à la poursuite d’un choix et d’une destinée qui ne m'appartient pas vraiment, que d’autres considèrent comme le bon choix, selon des critères inconscients et irréfléchis ou qui sont pour beaucoup une quête de profit dénué d'intégrité profonde ?
De nombreuses personnes, dont beaucoup de femmes que j’accompagne, remettent en cause ce choix et cherchent à donner vie à une expression alignée sur leur cœur, leur vision, leurs talents, leur volonté de faire une différence et contribuer à la naissance du nouveau monde, où il est possible de faire ce qu'on aime, ce qui nous passionne et nous fait vibrer de joie, un monde de sens et intégrité a contribution au bien-être collectif.
Ces personnes vivent un passage délicat, comme le sont toutes les naissances : une sortie dans la vie, en pleurs, où le masque social est laissé de côté pour chercher la vérité.
Je vois des femmes et des hommes réapprendre à s’approprier leurs rêves, retrouver leur force et leur liberté, et retrouver confiance en eux avec une envie sincère de donner.
Je les vois croire entièrement une possibilité de bienveillance, de changement, dans la guérison d’eux-mêmes, du monde et de l'être humain.
C’est en arrivant au burnout que ces personnes sont presque forcés à déconstruire cet ordre de vie créé sur une série des fausses présomptions :
la croyance que l’on ne peut pas faire ce qu'on aime et en vivre,
que seuls certains d’entre nous, les plus chanceux, y arrivent, celle que nous dit incessamment de ne pas avoir assez de talent, de charisme ou de connaissances.
Que il y a-un nombre limité des façons « sûres » de gagner sa vie.
Cette façon que l’on a intégrée comme notre système de valeurs ; un système qui est train de chavirer et qui rend profondément malheureux la large majorité des employés.
Est-ce cela la vie ? Est-ce la seule voie pour survivre ?
Quel est le prix que on paye pour cette sécurité illusoire ?
C’est ce détachement de nous-mêmes, de notre cœur, de nos émotions et de nos aspirations, de notre propre joie, de notre nature créatrice/créative et généreuse, qui a envie de donner ce que a de la valeur et de recevoir ce que nous nourrit vraiment. Notre nature intuitive et mystérieuse, passionnée et unique.
Ces personnes ressentent comme un cri silencieux au fond de leur Âme, une énergie qui a besoin d’être canalisée vers ce qui a du sens et qui est alignée avec leur être authentique.
Ainsi, ils rentrent inévitablement dans un questionnement total et doivent faire face à des peurs très anciennes et profondes :
La peur de sortir du système, d'être un outsider, peur de la solitude, de l'incompréhension des autres, peur de l'aliénation, de la faillite, de la survie, de l’exposition de soi, de l'incapacité, peur de ne pas être à la hauteur, simplement dit : la peur du rejet.
Ce passage est très délicat et c’est précisément là que l’on a besoin de soutien, de s’apercevoir et de comprendre qu’il existe d’autres possibilités ; est dans ce passage que on a besoin d’acquérir et intégrer un savoir différent, une compréhension plus profonde de l'Être et du fonctionnement des lois de l'Univers, comme les fondements nécessaires pour la création de le nouveau soi en accord avec Soi.
Afin de déconstruire le paradigme dans lequel on s'est emprisonné et que l’on a cocréé, dû à l'ignorance, à l’IGNORER LE VRAI.
Ce système de travail dépassé se fonde et se maintient sur l'inconscience de nous memes et le manque de sens que il en résulte ; nous n’avons été ni encouragé, ni instruit à identifier nos valeurs et nos principes profonds, tout comme nous n’avons questionné le degré d’intégrité de nos actions quotidiennes avec ces derniers.
On ne se demande pas si ce qu'on fait nous correspond profondément ou contribue à la collectivité et on croit ne pas avoir de valeur à donner à la collectivité.
Le nouveau paradigme qui est en train de s'établir comme alternative est une promesse de liberté, une nouvelle intégrité envers son cœur et une possibilité d’être en accord avec ce qui nous rend heureux, avec ce que l’on désire faire, à une expression honnête de notre propre unicité quant à notre contribution au bien-être collectif/global.
Ce paradigme est d’abord fondé sur l'être, avant le « faire et l'avoir ».
Cette forme d'art de soi naît d'une réflexion profonde, d'une analyse de soi, de son vécu, de ses passions, de ses dons et capacités.
Ma façon de voir le monde est celle d'un ensemble de parties interconnectées qui forment un tout et dont chaque particule est essentielle et importante.
Chacun d’entre nous est l'expression de cette même essence et pourtant on s'exprime dans une infinité de formes différentes et uniques. C’est cette unicité dans l'unité qui rend service au tout.
Je crois que nous portons tous en nous une faculté, une cure, un don, une medicine l’appellent les amérindiens, une pièce de contribution essentielle à la recomposition de l'être humain avec son soi intérieur.
Chacun de nous possède un don spécifique à incarner et à offrir, qui est inné et qui se dévoile grâce aux expériences vécues, aux leçons apprises, aux difficultés surmontées et aux talents développés dans un voyage de vie, propre et unique à chacun.
Vivre dans l'expression, dans le partage de cela, c’est se donner la validation d'exister comme personne à part entière, en symbiose avec soi-même.
Pour moi, c’est cela qui va permettre de rendre un être humain heureux : exprimer son authenticité et contribuer en même temps au bien-être des autres.
Certaines personnes le font à travers les soins, en devenant thérapeute, accompagnateur, guérisseur, coach, enseignant ou chamane ; d’autres en dansant, dessinant, chantant, cuisinant, cultivant, protégeant la terre ; d’autres encore en devenant père, mère ou compagnon conscient.
Les façons de ce bonheur sont infinies, tout comme l'est la variété de la création ; toutes sont valides, pourvu qu’elles soient le chant libre du cœur.
Ce n’est pas une formation qui va forger qui nous sommes ; c’est la vie, celle que nous avons vécue, que nous vivons et que nous vivrons. Il faut la vivre consciemment. Chacun porte une œuvre d'art dans son cœur qui cherche à voir le jour, un diamant à redécouvrir, à libérer et cela ne s'étudie pas, à mon avis, cela se vit.
C’est à l'intérieur de nous que se cachent ces secrets/mystères/vérités, et non dans une formation professionnelle.
Les études aident à s’exprimer de façon plus structurée, organisée et recevable par les autres. Mais c’est la recherche de soi qui dévoile notre don unique.
Je dis souvent que notre médecine, notre parfum, notre talent spécifique est inscrit dans notre histoire.
Cela constitue qui nous sommes devenus par nos expériences comprise celle de faire semblant d’être qui nous ne sommes pas.
C’est le voyage que nous avons parcouru et continuons à parcourir, ce qu'on a partagé et qui aide naturellement les autres sur le chemin.
Ce fut et cela continue d’être comme ça pour moi : je suis un coach certifié, un maitre Reiki, j'ai suivi beaucoup de formations et étudié de nombreux enseignements et techniques et je sais que c’est cela que je continuerai de faire, car c’est cela qui me passionne.
Cependant, ce sont les expériences de vie et leurs leçons qui se situent au cœur de ce que je partage ; est ce que j'ai fait de ces dernières, l'alchimie intérieure, notre propre transformation des blessures à travers les événements, les rencontres, ruptures, accidents et amitiés, victoires, guérisons et renaissances, les ouvertures opérés au-delà de mes limites imaginaires.
Ce que j’ai envie d'incarner et de partager avec les autres c’est ce que j'ai redécouvert au fond de moi après l'avoir enfoui sous des conditionnements, des besoins de répondre aux besoins d'autrui, bref la peur.
J' accompagne les gens à reconnecter leur dimension invisible, leur âme, l'éternel qui les habite, leur pouvoir créateur infini, car moi-même j'ai traversé le noir d'une existence déconnectée de cela, la souffrance d’un manque de sens, d'amour, d'espoir, au point de presque me détruire. J'ai vécu la renaissance, un retour à Moi et a la possibilité de se libérer de cette prison de l'illusion.
J'ai recomposé l’amour en passant par l'extrême opposé, j'ai dépassé l'illusion qu'il y avait quelque chose de très inadéquat en moi, qui faisait que je n'arrivais pas à me caser comme les autres dans une vie de soirées à se bourrer la gueule dans les bars, de boulot pour payer un loyer, de relations enfermés derrière des masques, sans intimité réelle. D’alignement passif et désespéré sur les demandes extérieures.
Je ne me sentais à ma place nulle part, je pensais devoir changer, m'adapter, pour « apprendre » comme les autres. Je me suis sentie seule, sans direction, ni amour :
Il y a 17 ans, quand la spiritualité et son évidence sont entrés dans ma vie, comme le son d'un réveil, il n'y avait personne autour de moi avec qui partager cette expérience. Aujourd'hui on a la chance que cette "autre façon de vivre et d’être", dans la variété bénie de ses expressions, existe de façon beaucoup plus diffusée et on peut la partager, se connecter, se faire aider dans la transition entre le moi que est une masque social, et le Moi que je suis vraiment.
Il est possible et même inévitable pour la survie de la planète et donc de nous-mêmes, de se mettre au monde par nous-mêmes, selon nos propres règles.
Car il est possible.
From my heart,
Ilaria Rubei

Éveil du Féminin.

L'éveil du féminin.

La plus partie des femmes que j'accompagne ont nombreuses demandes vivantes et cruciales en ce moment dans leur Coeur:
sont comme face à un tournant essentiel qui détermine de façon consistente le cours de l' existence à venir.
Questions comme :
Qui suit je Vraiment?
Est quelle ma "mission de vie"?
Quels sont mes talents, dons, savoirs à partager et à offrir aux autres?
Suis-je "prête" ou suis-je "assez" aider les autres dans cet processus?
J'ai le droit et la possibilité de faire ce que j'aime?
Quelle spacialization, formation, pour valider mon désir de contribuer au changement ?
Quoi j'aime vraiment faire?
Ou bien, en regard aux relations :
Cette relation dans laquelle je suis peut-elle accompagner, supporter, rencontrer l'évolution et le changement que je suis en train de vivre?
Dois-je sacrifier tout ce dont j'ai été et les personnes qu'ont été à m'ont coté pour devenir moi-même libre?
Mes amis, mon mari, ma famille, les personnes avec qui j'ai partagé ma vie jusqu'à la semblent ne pas comprendre et partager cette nouvelle façon de voir la vie et de vivre la vie que j'integre chaque jour plus: que dois je faire?
Je me sens hors contexte et différente,
Dois je faire semblant d'être "comme les autres" ou risquer d'être moi coute ce qui coute?
Est que je suis désadaptée et je devrais être plus "normale", étant que la plus partie des gens vit autrement?
Ce sont des grandes questions.
Le changement est en act, beaucoup d'entre nous ne se trouvent plus dans la possibilité de vivre déconnectées de leur être profond, pour rentrer dans la catégorie sociales acceptées.
Beaucoup commencent à ressentir leur conscience s'ouvrir à une comprension de ce que c'est la vie différente de tout ce qu'on avait crue et qu'encore croient la majorité des personnes autour nous.
Beaucoup ressentent s'éveiller un feu dedans, une passion, un sens qui semblait perdu ou manquant au fait d'être en vie, et d'être en vie précisément en ce moment de l'histoire de l'humanité, le plus sombre et le plus lumineux que jamais auparavant.
Une appelle profonde qui été caché dans le cœur pour toutes ses années de manque de sens, trouve enfin sa place, dans la recherche du vrai, dans l'expérience de l'inconnu, du subtile, de l'invisible, de l'interconnexion de toutes choses ; une résonnance comme une mémoire qui s'éveille à la rencontre avec les vérités exposées et accessibles qui inversent la vision de l'existence.
Leur cœur resonne le dévoilement de notre connexion unité avec l'Infini, notre pouvoir créateur, la possibilité responsabilisante de la manifestation délibérée;
leur cœur calme la soif de plénitude dans l'expérience de la méditation, de la reconnexion avec l'immortalité atemporalité de l'Âme, de la Conscience, de l'Unité avec la Source, l'Unité avec le Tout.
Les valeurs de la compassion, de l'acceptation, de l'accueil de ce qui est, de la foi, confiance, lasser prise, d'oser suivre ses rêves, y croire, s'ouvrent comme fleurs qui relâchent le vrai arôme de leur être, dedans et dehors. Et elles se sentent en fin libres d'être.
Tous autour d’elles, conscients ou inconscientes, ne sont touchés.
Si cet éveil d'un côté resonne au plus profonde de notre âme comme une mémoire antique qui se réveille et nous ramène chez nous, petit à petit,
de l'autre côté provoque un changement important global.
Qui demande courage et support.
Notre façon de penser change, nos valeurs changent, notre façon de nous amuser change, d'agir, notre relation à l'argent change, nos intérêts changent, le choix d'emploi de notre temps libre change, la façon de se relationner aux autres, l'utilisation de nos facultés change ( intuition, ressentis, extrasensorialité, créativité, rééquilibrent la domination de la logique, de la stratégie, de la planification raisonnable etc.):
parfois tous nos "plans de vie" changent.
La façon de concevoir le travail change, de moyen pour survivre même si pas en accord avec les valeurs du cœur à un désir de contribution authentique, un ‘appelle à prendre part à la transformation collective;
à répondre au besoin de la planète et des humains de revenir à leur bien-être et évoluer dans leur comprension de l'existence devient une passion qui mène à revoir carrières,
à la quête des nouvelles connaissances.
Parfois les gens autour de nous ne vivent pas cette transformation, et ne nous reconnaissent pas:
ont peur de n'avoir plus de place à notre côté, ont peur de voir reflété en nos u n'appelle au changement vis-à-vis de la quelle ne se ressentent équipées, prêts.
Demande une grande force de poursuivre quand on se sent seules, pas comprises, même parfois jugées égoïstes ou irraisonnables; ou quand on se sent financièrement instables, et on ne voit pas en face de nous un chemin déjà tracé à suivre, rassurant, comme on a était habituée à cheminer.
Le chemin du chercheur du vrai, de cette femmes( et hommes) qui sortent de la grille conventionnelle, est un chemin qui se clarifie un pas à la fois, et qui se crée intentionnellement.
Demande une responsabilisation ; on devient conscientes que tout est dans nos mains, que nous sommes les auteurs de notre scénario, qu'est à nous de l'écrire.
Et ces femmes courageuses, pleine l'esprit des questions fondamentales et animées par ce chant de vie et de cœur, par la mémoire de l'accessibilité du mystère, de la possibilité de l'expression du divin , elles croient que leur rêve peut se réaliser;

elles croient dans le rêve d'incarner leur Vraie Nature et inspirer autres dans ce voyage, où elles ont une telle envie d'apprendre à y croire, que dédient à ça leur énergie, temps, argent.
Alchimistes de leur âme elles se demandent tellement; parfois d'être capables de tout changer dans un instant, de ne pas avoir des doutes, des peurs, des failles, des chutes.
Et moi je les accompagne avec un cœur grand ouvert et une reconnaissance profonde face à autant de courage et d'amour, pour lui apprendre que doivent être patientes avec eux-mêmes.
Qu'elles ont déjà parcouru un très long et probablement très dur, surement très riche chemin que les amène ici; que leur force est là, déjà présente, leur trésor est la dans ce qu'elles vécut et dépassé, que sont parfaites sans rien à démontrer : que l'Univers n'est pas le dieu de l'église, ne demande pas d'arriver pour premières, ou de se corriger pour mériter l'amour, que déjà le méritent.
Tout l'enjeu est de se souvenir de ça.
Que juste la question "qui suis-je ?" fait d'elles des êtres qui contribuent à la lumière, à l'évolution, à l'éveil et à la manifestation consciente de l'amour que nous sommes en essence sur ce plan terrestre, et est tout ce qui lui faut pour y arriver.
Qu'elles ont le droit de faire un pas à la fois, comme d'être dans le doute, la confusion, la peur, que l'univers tend sa main aimant pour rassurer leur cœur car elles sont en train de tout changer, de quitter des faux repaires sur lesquels s'est construite l'existence de générations et générations; et que cela est énorme, que cela est l'éprouve largement suffisent de leur force, de leur immense valeur ici.
Elles apprennent à honorer leurs limites, à dialoguer avec le Mystère, à danser avec l'Univers et ses navires, et à croire en elles-mêmes;
à reconnaitre en elles-mêmes le temple des forces qui animent les galaxies.
Et que est importante de se connecter les unes a les autres pour se supporter dans ce passage:
car elles ont justement besoin de support, d'être confortés, comprises, inspirées, de partager ce qu'ont dans l'âme sans voiles, sans honte, sans jugement, car est ainsi qu'elles apprennent l'art de s'aimer inconditionnellement.
Pour pouvoir offrir cet amour, à prés ou pendant, à ces qui se trouve ou elles sont maintenant, au carrefour entre le connu et l'inconnu, le semblant et le vrai, la peur et la confiance, l'amour.
Ainsi elles apprennent à tisser liens d'intimité, de confiance, de compassion, de vulnérabilité, de générosité, de sororité;
elles restaurent ou donnent vie pour la première fois, à la connexion authentique entre les êtres.
Elles canalisent et subliment leur maternité, et guérissent leur féminité et sexualité, en se souvenant de leur essence Sacrée, elles deviennent Femmes Médecine.
Elles se trouvent divisées entre le don de soi et le sacrifice de soi et elles apprennent la différence;
Parfois en coupant des liens, des accords, parfois en le réinventant, en enseignant à leurs hommes et à leurs chères une autre façon, celle de l'Amour.
Elles apprennent à dire le oui du cœur, et elles serrent les dents et trouvent la force dès leur non du cœur.
Elle apprennent l'Amour pour ce qu'est vraiment, le don pour ce qu'est vraiment, elles apprennent à recevoir en confiance.
Elles permettent à elles-mêmes et ces qu'elles aiment la liberté même de se perdre pour se trouver.
Elles se souviennent plus profondément du Sacré en elles mêmes en le cherchant dans les yeux de leurs voisins.
Elles cherchent à pardonner l'abuse et la domination, et ainsi elles retrouvent leur Pouvoir Secret:
pour inspirer leurs hommes et doucement leur apprendre la danse du féminin dedans eux-mêmes, pour à se comprendre, s'ouvrir, se libérer, se guérir; et pour les rencontrer pour une toute nouvelle danse.
Les cercles des Femmes sont le conteneur pour cette naissance d'elles-mêmes.
Moi, comme beaucoup d’autres, aidée par des esprits guides, par Gaia et le Grand Mystère,
par la main et la voix de l'univers,
je les aide à s'accoucher.

Love,
Ilaria Rubei

Guérir son enfant intérieur

Guérir son enfant intérieur

D’après moi, et selon ce que j'observe dans beaucoup des personnes que j'accompagne,

la douleur que nous avons ressentie durant ce que nous identifions maintenant comme nos traumatismes passés dépend davantage de notre interprétation de ce qui s’est passé que des événements en eux-mêmes : notre perception de notre vie est la véritable cause de la souffrance que nous traînons avec nous et qui nous conditionne depuis des années et des années.

Cette manière de voir les choses permet de retrouver liberté, bien-être et bonheur. En effet, nous sommes impuissants à l’égard des événements passés et de leurs répercussions sur notre présent, mais nous aurons toujours le pouvoir de transformer notre manière de les interpréter.

Vous pouvez commencer à guérir des interprétations erronées qui vous nuisent en réalisant que l'enfant que vous étiez autrefois est toujours présent en vous, parlant, agissant, observant ce qui se passe dans votre vie actuelle depuis sa perspective infantile.

Votre enfant intérieur a tiré des conclusions quelque peu déformées en essayant d’interpréter la vie dénué des outils appropriés, tels que la sagesse d’adultes avisés, car vous n’étiez peut-être pas entouré de tels êtres. Ils sont malheureusement bien rares !

Encore aujourd’hui, votre enfant intérieur persiste à essayer de vous protéger de la douleur que vous avez ressentie par le passé, percevant toujours la réalité à travers le filtre d’anciennes conclusions erronées. Il a mis au point des stratégies pour éviter de répéter les situations qui vous ont blessé, et continuera à les appliquer pour éviter de souffrir tant que vous ne serez pas conscient de sa présence et de ses schémas.

Le mouvement qu’adopte naturellement la vie pour s’auto-préserver est de s’éloigner de la douleur. Toutefois, bien souvent, ce que nous croyons qui nous cause de la douleur n’est pas intrinsèquement douloureux.

Puisque notre enfant intérieur est étroitement lié à nos émotions les plus profondes et intimes, il se révèle souvent dans nos relations amoureuses : si nous omettons d’en prendre conscience et de l’écouter, nous risquons d’en arriver à nous comporter comme ce pauvre enfant blessé et apeuré dès que nous nous sentons vulnérables par rapport à notre partenaire.  

Dans mon propre cas, j’ai longtemps traîné les conclusions erronées suivantes : les relations amoureuses sont décevantes, les gens que j'aime me mentent et je dois éviter l'intimité pour me protéger de la souffrance.

C'était jusqu'à ce que je fasse finalement face à la petite Ilaria, mon enfant intérieur qui a interprété ma vie jusqu'à présent et qui a progressivement élaboré des stratégies pour se protéger de la souffrance. Je lui ai offert de nouvelles interprétations de ce qui s'est passé et de nouvelles stratégies plus positives, plus ouvertes à la vie.

Pour beaucoup d'entre nous, l'adulte que nous sommes ou que nous devenons n'a pas encore fait le rencontre de son enfant intérieur. La plupart d’entre nous ne reconnaissent peut-être pas même sa présence, malgré qu’elle soit assez facile à remarquer.

En effet, chaque fois que vous vous sentez vulnérable, insécure ;

Chaque fois que vous tentez de plaire aux autres en sacrifiant au passage les demandes de votre cœur ;

Chaque fois que vous vous vous croyez impuissant, insuffisant, indigne de respect, de sincérité, de liberté ou d'Amour sous toutes ses formes ;

Chaque fois que vous craignez le rejet, la trahison, l'abandon, la solitude ;

Chaque fois que vous sentez qu’il serait dangereux ou dommageable pour vous de vous ouvrir aux autres ;

Chaque fois que vous tentez de contrôler votre comportement ou celui d’autrui afin de recevoir de l'amour ;

Chaque fois que vous ne vous permettez pas de dire Non quand quelque chose ne va pas ;

C'est votre enfant intérieur qui a conclu à tort que d’être lui-même ne suffisait pas  pour être aimé, et qui pense et agit maintenant à travers vous sans que votre conscience adulte ne réalise que vous êtes cet enfant. Tant qu’elles ne sont pas soignées en profondeur, vos blessures d’enfance sont toujours présentes en vous.

D'autre part, l'adulte éclairé en vous est la partie qui commence à voir le monde d'un point de vue libéré, conscient ;

C’est la partie qui se souvient de votre valeur inhérente, de la valeur du miracle de la vie s’exprimant à travers nous tous et tout ce qui Est ;

Celle qui croit en votre capacité créatrice, qui est connectée à la force universelle générant toutes les formes et les possibilités ;

Celle qui sait que vous êtes toujours en sécurité, inconditionnellement, et qu’il n’est jamais nécessaire de s’empêtrer dans un contexte abusif et blessant ni d’y demeurer ;

Celle qui incarne et répand l'Amour, parce que l’amour est l’expression de  votre nature véritable ;

Celle qui sait que vous n'êtes tout simplement pas responsable des sentiments des autres et que vous ne pourriez l’être, même si vous le souhaitiez. Tout ce que vous pouvez faire, c'est honorer votre intuition, l’exprimer sincèrement, offrir de l’écoute et de l’espace aux autres sans ressentir le besoin de les sauver ni les réparer ;

Celle qui sait que l'Amour est avant tout confiance et liberté, qui respecte le fait que chacun doit suivre son propre chemin d'apprentissage et de croissance, et qui sait que tenter de contrôler le cheminement d’autrui ne peut qu’être contre-productif ;

Cette partie qui reconnaît l'Infini que nous recelons tous ;

Cette partie qui sait que nous sommes tous intrinsèquement aimés, que vous l’êtes, car l'amour est ce qui anime la forme.

L’adulte éclairé en vous sait que vous êtes l’auteur du scénario de votre vie et souhaite ardemment apprendre à votre enfant intérieur que vous pouvez commencer à écrire vous-même le passé, le présent et le futur que vous aspirez vraiment à vivre.

Voilà la sagesse qui guérit finalement les blessures les plus profondes de notre enfance.

Il s'agit de revisiter l'histoire que l’on prenait autrefois pour notre vérité absolue, libérant ainsi notre enfant intérieur de ses erreurs d'interprétation, de ses peurs, ses rancunes, ses jugements et ses attentes limitées envers la vie.

Je crois fermement que le terreau le plus fertile dans lequel peuvent s’épanouir des pratiques parentales saines est l'Amour - de l’amour pour les autres, bien sûr, mais avant tout pour soi-même. Parce que nous ne pouvons enseigner ce que nous ne savons pas, et si nous omettons de nous soigner et d’apprendre à nous aimer nous-mêmes, nous risquons de transmettre involontairement à nos enfants des schémas destructeurs dont nous essayons pourtant de les protéger.

C’était sans doute le cas de vos propres parents  s’ils ont élé blessants : ils ne pouvaient tout simplement pas incarner davantage ni autre chose que ce qu’ils avaient appris à être, et ne pouvaient vous libérer des illusions dans lesquelles ils étaient eux-mêmes piégés.

Maintenant, il est de votre propre ressort de devenir les parents aimants, sages, compréhensifs et éclairés dont vous auriez eu besoin en tant qu'enfants, et de vous donner l'amour inconditionnel que vous recherchez de la part des autres.

L’adulte éclairé que vous devenez a le pouvoir de transmettre sagesse, compréhension et sécurité à votre enfant intérieur, ainsi que de nouvelles interprétations constructives du réel. Cette part de vous peut – et doit – devenir un parent aimant pour votre enfant intérieur, pour cette partie infantile de votre être à qui personne n’a encore présenté la vérité.

Vous êtes la seule personne qui peut assurer ce rôle et en fin de compte, votre enfant intérieur n'a besoin de personne d'autre que vous. Personne d'autre ne pourrait prendre soin de vous de manière aussi conforme à vos blessures, besoins et envies que vous-même.

D’autant plus que votre enfant intérieur aspire à un soutien fiable, omniprésent et digne de confiance, et qui peut remplir ce rôle mieux que vous-même ? Jusqu'à votre dernier souffle, vous serez en votre propre compagnie !

Tout évolue, les gens vont et viennent constamment, les contextes se transforment à mesure que les contraintes et les opportunités apparaissent, changent et se dissolvent. Notre présence à nous-mêmes est la seule certitude que nous puissions avoir dans cette vie.

All rights Reserved Copyright Ilaria Rubei 2017
Made with love by Jodee Peevor.